DISCOGRAPHY :

et les Electromantics (Phil Von, mimetic,lys...)
Sarrazine- 2004

 

 

 

.

 

Sarrazine Digipack

SARRAZINE et Phil Von, Mimetic, Lys...
Ref : Ambient, trip-hop, electronica, electro-tribal transe..


Sarrazine enfin sort de l'ombre !
Mais qui est donc Sarrazine ?
Sarrazine… un personnage schizophrène, ni profane ni sacré, ni mâle ni femelle, apatride, fantasque et mythique, centenaire et moderne, Sarrazine, une voix exceptionnelle d'une tessiture rare à la fois ténor et haute contre. Sarrazine, le frere (fils) spirituel de Klaus Nomi, l'hermaphrodite, le chevalier, l'odalisque, le conteur, le barde, la furie, le crooner…
On trouve Sarrazine dans un roman de Balzac : A Rome, un étudiant sculpteur au début du XIXe siècle, est à la recherche de la beauté parfaite. Il la trouve au théâtre, sur scène, c’est un castrat.
Bien des années plus tard, François Testory interprète à Londres le rôle du castrat, dans une adaptation du roman sur lequel Roland Barthes a écrit un essai : « S/Z ».
Ancien danseur et acteur vedette de la compagnie Lyndsay Kemp, (le maître chorégraphe de Kate Bush et du Ziggy Stardust de David Bowie), François est désormais chanteur d'opéra et de cabaret, régulièrement en tournée aux U.S.A, au Japon et en Australie. Son lyrisme nous entraîne aujourd’hui dans l’aventure cyberexcentrique.
Entourée ici de ses complices musiciens électro-romantiques
(KBB, José Barinaga, Lys, Wild Shores, Mimetic, Def, Sigmoon, Stocha, Negative Stencil et Phil Von), sa voix nous fait glisser du moyen âge à la période baroque (Purcell), vers les musiques traditionnelles kurdes, arabo-andalouses, celtes, traitées ici en mode transe. Nous croisons les délices du XIXe siècle (Duparc/Baudelaire), le jazz (Frank Sinatra), la musique sérielle (Ginsberg/Glass), la sombre passion des années 80 (Marc Almond) et l'électropop contemporain.
Mesdames, Messieurs et tous les autres, que le spectacle commence !


MP3 : Iron Horse (feat : Wild shores)

MP3 : Blood river (Mimetic)




Commander CD

Ecouter l'album et télécharger "équitable"

Achat MP3 :

   

INTERVIEW:( barberousse , Elegy)

"François Testory : Baroque, pervers, sinistre…"


Il y avait dans Von Magnet une voix, une voix surprenante que l’on ne pouvait ignorer. Cette voix, celle de François Testory nous revient accompagnée des meilleurs musiciens de l’écurie Prikosnovénie dans le cadre d’un album autour du personnage ambiguë de Sarrazine. Tel le marin captivé par le chant de la sirène, nous avons répondu à cet appel…- Comment est né le projet Sarrazine ?

Il avait été plusieurs fois question de collaborations avec Philippe et finalement nous nous y sommes mis, ça devait être le bon moment, nous étions tous les deux disponibles. Très vite il y a eu plein d’idées. Cela a commencé par Blackheart, puis sont venues toutes les chansons médiévales, la chanson de Duparc “La Vie Antérieure” (sur le CD “La Tristesse du Roi”) avec le texte de Beaudelaire, et enfin il y avait le désir de faire des musiques aux relents orientaux . De ces choix est née une atmosphère onirique et orientaliste, bref romantique.
Philippe ne pouvait pas travailler sur toutes les propositions. Il a eu la bonne idée de demander à d’autres de s’y mettre. Il est ainsi devenu le producteur artistique/coordinateur. Je dis aussi coordinateur car nous vivions tous éparpillés, moi a Londres, Eric à Bruxelles (Negative Stencil), Pierre (Sigmoon) à Istambul, Alain (Stocha) à Barcelone, Gerome (Mimetic) a Genève, Fred (de Lys) près de Nantes et les autres à Paris... et Pontoise. Sans l’internet je doute que ce projet aurait pu se faire.
Je connaissais déjà toute la “bande” Von Magnet pour avoir eu le plaisir de travailler avec eux. Pratiquement dès le début nous avons demandé à Niko de prendre en charge les enregistrements et les mixages, nous lui avons aussi proposé “Pour Mon Courage” et il nous terrasse de son “wall of sound”!!. Phil et Niko vivaient et travaillaient à La Caserne à Pontoise, le studio était là aussi. Puis il y a eu les Wild Shores avec qui ça a fait clic tout de suite, KBB est arrivé vers la fin avec beaucoup de pêche comme tu as pu l’entendre. Je n’ai rencontré Jose Barinaga et Fred qu’après leurs prestations! Ils connaissaient tous ma voix.

Il y a je crois toutes les combinaisons possibles quant à la création des morceaux. Apres ceux déjà choisis avec Phil et tenant compte de cette atmosphère ils m’en ont proposé d’autres comme “Iron Horse” pour les Wild Shores et “Music for a While” (Purcell) pour Alexandre (KBB) , certains morceaux sont partis de la piste vocale, d’autre il ne leur manquait qu’une voix, dans ce cas le hasard a voulu que je connaisse des chansons dont les clefs correspondaient ou ne se heurtaient pas à celle des musiques proposées. A Stase a une place spéciale dans le CD et dans mon coeur c’est le seul morceau complètement original. Vu la logistique de la chose il n’y a pas eu de gros problèmes. Je ne veux pas diminuer le mérite de tous et celui de Phil en particulier mais c’est comme si ce projet attendait d’être fait et du moment où on a commencé tout a eu l’air de tomber en place, contact à la clé avec Prikosnovenie compris!!
Tout cela a pris deux ans et tout au long on a eu un doute sur la cohérence du CD mais cet éclectisme s’est imposé du début comme un parti pris, on ne savait pas si ça allait marcher, pour moi ça marche.


- Pourquoi le choix de ce personnage ? Que symbolise-t-il ?

Bon alors moi je viens de la scène, du Théâtre et donc jusqu’à présent mon travail artistique a toujours consisté à créer des personnages et tout d’un coup de faire un CD avec François Testory écrit en grand sur la couverture m’a paru très bizarre ... C’est comme si mon nom ne pouvait appartenir qu’aux programmes et affiches de spectacles. Nous avons créé une musique théâtrale et s’il en était ainsi il lui fallait un personnage. Sarrazine est mon alter ego. C’est libérateur, bien qu’il me ressemble beaucoup il peut faire des choses (on en revient à l’éclectisme de la musique) que je ne me permettrais pas et même auxquelles je n’aurais jamais pensé! Aussi cela ajoute une note « glam » (ça revient a la mode...ouf!) à laquelle je suis très lié par mes années dans la Lindsay Kemp Company.
Sarrazine est le titre d’une pièce de théâtre musical que j’ai joué ( je ne dis pas comédie musicale car en général je ne les aime pas trop pour ne pas dire que je les déteste quand elles sont françaises) inspirée d’une nouvelle de Balzac. La trame est baroque, perverse et sinistre ( Sarrazine pourrait donc dire parfaite!) et le coeur du sujet est sur la nature du beau, l’identité de cette personne sur scène en train de gagner sa vie. Qu’est ce qui nous attire vers elle et pourquoi?


- Danseur, chanteur que ce soit de cabaret ou d'opera vous semblez un artiste multiple voire complet. Selon vous qu'apporte l'art dans une société comme la notre ?

Je ne sais pas à quoi sert l’art il est là et on ne peut pas faire sans. Je crois que l’art et la vie sont la même chose. Que tout le monde est artiste et naît avec un certain talent et que quelques uns d’entre nous décident d’en faire leur métier. J’espère avoir pris la bonne décision, je ne saurai ça qu’à la fin de ma vie et ce savoir ne me servira donc a rien.


- Quels sont vos projets en cours et futurs ?


Cette année a été très dure, beaucoup de travail. En plus du CD qui vient de sortir je finis juste une tournée avec la Compagnie DV8 Physical Theatre. Des projets? Faire un spectacle inspiré de Sarrazine. Je ne crois pas qu’il soit possible de reproduire les morceaux tels qu’ils sont, je ne sais même pas si ça m’intéresse, ça le serait de tirer du matériel du CD une nouvelle création sur scène cette fois... ça va prendre du temps.


Home